Mamadou Racine Sy, un brillant collaborateur de la colonisation

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Mamadou racine sy est acteur majeur de la conquête du Sénégal et du Soudan. Il fait l’objet d’une double occultation dans les mémoires française et sénégalaise. En France, il rejoint la cohorte anonyme des auxiliaires indigènes de la colonisation, dont le souvenir a été effacé par les figures des grands colonisateurs blancs. Au Sénégal, son nom est absent des manuels scolaires pour des raisons opposées. Il est perçu comme un collaborateur des Français et comme l’adversaire des principaux héros de la résistance à la conquête coloniale.

Alire aussi: Histoire: La révolution de la branche peule des torobe contre l’esclavage

Entre 1860 et 1895, année de sa retraite, Mamadou Racine a gravi peu à peu tous les échelons de la carrière militaire. Il a participé à la plupart des opérations de conquête, d’abord au Sénégal, contre Ahmadou Sékou, chef de l’empire Toucouleur, et son allié Lat Dior vers 1880. Puis il s’illustre au Soudan, contre l’Almamy Samory Touré entre 1880 et 1898, qui dirige un État puissant dans la région du Niger. Il se distingue en 1883 lors de la prise de la forteresse de Daba.

Alire aussi: Coly Tenguella BA, unificateur du royaume peulh du Fouta-Toro.

Mamadou racine serait né en 1838 ou en 1842 aux environs de Podor, au Sénégal. Il exerce un temps le métier de maître d’école coranique, avant de s’engager en 1860 comme simple soldat dans le corps des tirailleurs sénégalais, créé trois ans plus tôt par le général Faidherbe.

A lire aussi: La péninsule arabique est-elle africaine?

Premier soldat noir au service de la France à accéder au grade de capitaine en 1883. Il est promu au grade d’officier de la Légion d’honneur en 1888. Mamadou Racine Sy constitue une exception parmi les très nombreux soldats recrutés par l’armée française en Afrique occidentale (les tirailleurs sénégalais) durant la période coloniale, entre 1850 et 1960.

A lire aussi: La véritable histoire de la guerre entre Béhanzin et la France

Après sa retraite en 1895, Mamadou Racine continue de servir les Français comme fama (roi) du Bambouck, fonction honorifique qui consiste principalement à transmettre aux populations les instructions des administrateurs français de la province.

A lire aussi: Les royaumes Haoussa des origines au déclin

Célèbre dans les cercles coloniaux de la deuxième moitié du XIXe siècle, il est, d’après l’administrateur colonial Alfred Guignard qui participe à la conquête du Soudan, un héros des troupes noires et de l’épopée soudanaise.

Il meurt le 24 février 1902 à Kita. En 2011, à la demande de sa famille, sa tombe est transférée dans le cimetière militaire des soldats français.

Entre 1860 et 1895, année de sa retraite, Mamadou Racine a gravi peu à peu tous les échelons de la carrière militaire. Il a participé à la plupart des opérations de conquête, d’abord au Sénégal, contre Ahmadou Sékou, chef de l’empire Toucouleur, et son allié Lat Dior vers 1880. Puis il s’illustre au Soudan, contre l’Almamy Samory Touré entre 1880 et 1898, qui dirige un État puissant dans la région du Niger. Il se distingue en 1883 lors de la prise de la forteresse de Daba. Il est présent lors d’importantes batailles comme celle de Koundian en 1889 et celle de Ségou (capitale d’Ahmadou Sékou) en 1890.

A lire aussi: Les peulhs, beaux, fiers, mystérieux…

Après sa retraite en 1895, Mamadou Racine continue de servir les Français comme fama (roi) du Bambouck, fonction honorifique qui consiste principalement à transmettre aux populations les instructions des administrateurs français de la province.

Il meurt le 24 février 1902 à Kita. En 2011, à la demande de sa famille, sa tombe est transférée dans le cimetière militaire des soldats français.