Coly Tenguella BA, unificateur du royaume peulh du Fouta-Toro.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Coly Tenguella BA est le fondateur de la dynastie peule et animiste des Déniyankobe ayant régné, presque trois siècles, sur cet Etat jusqu’en 1776. Les peuls Déniyankobé prirent la province du Toro, restée jusqu’ici à majorité Ouolof, et repoussèrent les Maures d’une bonne partie du Fouta-Toro. Coly Tenguella BA est le fils d’un roi, à Kingui, dans le Diâra, battu et tué le 19 janvier 1512.

La nécessité d’un territoire unifié

A lire aussi: Histoire: La révolution de la branche peule des torobe contre l’esclavage

Le père de Coly est un prince puissant, valeureux, brave, doté d’envergure et enclin à la révolte. Il était venu dans le Kingui et s’y est proclamé roi. Coly a libéré le Namandir de la domination du Bourba de Djolof avec l’aide des Sérères qui habitaient, à l’époque, le Fouta. Cette ascension de Coly Tenguella va donc correspondre avec la lente et progressive dislocation de l’empire du Djolof habité par des Peuls et des Ouolofs.

A lire aussi: Les résistantes sénégalaises à l’esclavage arabe: Les femmes de Nder

Au début du XVIème siècle, le Fouta-Toro était déchiré par des divisions. Les guerres intestines secouaient en permanence les différentes royautés. Les succès militaires de Coly Tenguella viennent aussi de la longue lassitude des Foutankais victimes de l’anarchie, de l’insécurité et des guerres ancestrales. En effet, le Fouta-Toro, appelé anciennement le Tékrour, était occupé par diverses populations hétérogènes. Les Peuls y côtoyaient les Berbères les colons arabes, les Malinkés, les Mandingues, les Soninkés, les Ouolofs et les Sérères.

« Malgré cette chute des Déniyankobé, le souvenir de leur règne est encore resté vivace et gravé à jamais dans le souvenir des Foutankobé.« 

L’unification du Fouta Toro

Certains royaumes, notamment les Farba de Diowol et Farmabaal, ne cessaient de se battre entre eux. De nouveaux régnants ont pris le pouvoir, après la chute des Laam Termesse, mais les Maures se livrent à des razzias incessantes et la colonisation, qui est restée côtière, tente de s’infiltrer à l’intérieur du pays. A l’époque, le Fouta-Toro était un agrégat de peuples soumis à un pouvoir monarchique, mais avec d’importantes zones de turbulences et de révoltes.

Coly Tenguella établit sa capitale à Silla, à Toumbéré Guingui, à côté de Kaédi, en Mauritanie et se transportera par la suite à Orkodiéré.

Colly libère le Tékrour de dominations externes, et rebaptise le pays, Fouta-Toro. Un nom de la contrée dont il est originaire. Il existe donc désormais trois pays portant le nom de Fouta : Fouta Djallon, Fouta Kingui et Fouta-Toro. Le royaume de Colly s’étend à l’époque sur une partie du territoire mauritanien et sur le Boundou. Durant son règne, il eut le génie de structurer son administration pour la confier à des fidèles. Les affaires entre particuliers étaient réglées par les chefs de province dont les décisions étaient irrévocables. Mais pour consolider son règne, il était obligé régulièrement de mener des guerres.

A lire aussi: Les afro-palestiniens entre 2 tires

La conquête du Fouta n’a pas été de tout repos. Ainsi le N’Guénar a résisté pendant 7 ans. Le Damga n’a cédé qu’au bout d’un an. Le Bossoya, le Lao et le Toro n’ont été vaincus qu’après plus de 3 ans de combats acharnés. Démarrés vers 1520, la conquête et l’unification du Fouta ne seraient terminées que vers 1532. Coly Tenguella établit sa capitale à Silla, à Toumbéré Guingui, à côté de Kaédi, en Mauritanie. Par la suite, la capitale du Fouta sera transférée à Horkodiéré. Coly Tenguella BA mourut d’une fièvre, à Lamboussa, pays dont on ne connaît pas l’emplacement actuel vers 1586.

A lire aussi: Les Maures, ces africains qui ont civilisé l’Europe

La poussée de l’Islam a donné un coup de grâce à la dynastie des Déniyankobé. Un État théocratique, fondé par Thierno Sileymane BAL va remplacer la dynastie fondée par Coly Tenguella. Un État basé sur des règles de succession transparentes, la bonne gouvernance. La dynastie Collyenne sera victime de la rivalité et la décadence des héritiers. Malgré cette chute des Déniyankobé, le souvenir de leur règne est encore resté vivace et gravé à jamais dans le souvenir des Foutankobé.

A lire aussi: Les royaumes Haoussa des origines au déclin

A lire aussi Canaan-Phénicie, la première civilisation noire du Proche-Orient