L’extinction de la race noire au Brésil

Ceci est une conversation que beaucoup de gens ne semblent pas vouloir avoir. Selon la région ou on vit au Brésil, le titre de l’article peut paraître absurde, ridicule ou exagéré. En toute honnêteté, cette pensée a souvent traversé l’esprit de cet écrivain au fil des ans lors de ses voyages à travers le pays. Est-il possible que la race noire au Brésil, descendants de millions d’Africains amenés de force dans ce pays d’Amérique du Sud pour fournir du travail gratuit à la construction de la nation, soit en voie d’extinction? Comment cela pourrait être possible? Encore une fois, si l’on se base sur Bahia, il n’est peut-être pas aussi facile de le remarquer, mais pas aussi difficile qu’il n’y paraît. Bahia est l’un des trois États les plus peuplé de noirs au Brésil. La présence de personnes de couleur assez foncée n’est donc pas rare. Même dans ce cas, si on passe du temps avec des familles noires dans tout l’État, on remarquera sûrement que la couleur de la peau de nombreuses familles s’est éclaircie au fil des générations, les textures des cheveux devenant de plus en plus claires et lisses.

Si l’on s’aventure plus au sud, cette tendance devient encore plus évidente du fait que des États du sud tels que Paraná, Santa Catarina et Rio Grande do Sul ont reçu des millions d’immigrés européens entre 1870 et 1940. C’est également le cas dans le sud-est et le très populaire Etat de São Paulo. Dans la ville de São Paulo, certains jours, il est très difficile de trouver des couples noirs parmi les masses de couples blancs et mixtes. Cela devient encore plus rare dans le cas de couples noirs d’approximativement le même teint. Au cours de ses voyages, cet écrivain a observé le même schéma à Paraná et, selon les contacts, la situation serait similaire à Rio Grande do Sul. De nombreux amis confirment la tendance dans la ville de Rio peut-être pas aussi drastique en pourcentage, la population noire y est beaucoup plus importante que dans les Etats du sud susmentionnés.

Cela devrait-il vraiment être une surprise? De nombreux auteurs du contenu de ce blog (de from BW of Brazil) ont exprimé l’opinion que parmi les hommes noirs, il existe une nette préférence pour les femmes blanches / blondes. Cette idéologie de la blancheur affecte également les femmes noires. Ces opinions sont souvent considérées comme les coups de gueule de militantes noires en colère. Si vous entrez dans un réseau social ou dans des sections de commentaires de sites Web traitant de questions raciales, on notera que toutes ces opinions ne viennent pas que de personnes noires, comme on le voit dans le commentaire suivant…

Antonio: «Je travaille dans un hôtel de luxe qui fait la promotion d’événements sportifs, principalement dans les clubs de São Paulofutebol, et je n’ai encore jamais vu un riche joueur de foot noir accompagné d’une femme noire. C’est frappant du joueur professionnel au joueur débutant, tous sont mariés ou sortent avec des femmes aux yeux clairs et après s’être plaint de racisme. Arrêtez de blâmer les Blancs pour tout, parce que vous avez honte de votre propre race, en prenant les garotas de programas (call-girls) des maisons de passe (et) en les épousant mais sans sortir avec des femmes noires. LES NOIRS SONT LES PIRES RACISTES. (Le Gardien fala sobre racismo no Brasil da Copa. Juillet 2014)

Il serait absurde pour quelqu’un de croire honnêtement que les taux de relations mixtes au Brésil ne sont qu’un amour au-delà des frontières de couleur de la peau. Pourquoi? Le fait est que, comme il a été souligné dans plusieurs articles précédents ( voir le blog de «from BW of Brazil»), les élites brésiliennes ont planifié et socialement conçu cette tendance dans le but de l’extinction de la race noire. Ayant participé à de nombreux débats en ligne sur le sujet, je trouve un peu contradictoire que tant de Brésiliens puissent souligner le fait que les citoyens des États-Unis (qu’ils considèrent comme manifestement racistes du fait que les unions interraciales y sont beaucoup moins nombreuses) sont très racistes, mais ne réalisent pas comment le racisme se manifeste dans leur propre pays. Les Américains ne font pas bon ménage avec la race, car l’histoire de ce pays était et reste basée sur la ségrégation. De la même manière, le Brésil était engagé sur la voie du métissage avec l’objectif clair de la disparition de la «tache noire» du pays et, en tant que tel, cette tendance se vérifie également aujourd’hui. La véritable diversité raciale est une réalité lorsque TOUS les groupes raciaux sont acceptés, et pas quand on incite certains groupes à avoir honte de ce qu’ils sont. Par conséquent, en tant que stratégie de sortie, Ils essayent d’échapper à leurs caractéristiques raciales en se mélangeant avec le groupe même qui a propagé ces complexes au sein de leur communauté. Encore une fois, un certain nombre d’articles manifestement honnêtes sur le blog expliquent comment le racisme, les blagues racistes et les sentiments d’infériorité ont fortement contribué à ces comportements.

Si l’on ajoute à cela les taux choquants de meurtres de jeunes Noirs dans tout le pays, l’accès limité aux soins de santé, la stérilisation et les événements historiques tels que la Guerra do Paraguai (guerre du Paraguay) du XIXe siècle, nous voyons de nombreux mécanismes de mise à mort dans la population afro-brésilienne et un éclaircissement généralisé du teint global de la peau du Brésilien moyen. Orembranquecimento, le processus de blanchiment est bien connu de tous. Bien sûr, il y aura ceux qui nieront les faits, définiront cette pensée comme réactionnaire conspirationniste, mais, comme nous pouvons le voir, il y a des gens qui s’en rendent compte et l’appelle par son nom.

Article paru dans «from BW of Brazil» de traduit par le blog du griot, l’article original ici

Leave a Comment

Your email address will not be published.